memoire traumatique et victimologie

Qui sommes nous ?

L'association

L'association Mémoire Traumatique et Victimologie, créée en 2009 conformément à la loi de 1901, est une association d'intérêt général pour la formation, l'information et la recherche sur les conséquences psychotraumatiques des violences. Elle a pour but d'améliorer l'identification, la protection et la prise en charge des victimes de violences par une meilleure information du public et par la formation des professionnels impliqués, d'améliorer leur orientation et leur accès à des soins spécialisés de qualité, et aussi d'améliorer la connaissance et compréhension des conséquences des violences, dans l'optique de lutter contre toutes les violences et d'améliorer leur prévention.

Les conséquences des violences sur les personnes sont largement méconnues, sous-estimées et très peu identifiées. Cette méconnaissance concerne plusieurs plans :

  1. d'abord le retentissement des violences sur les victimes, avec des conséquences graves et prolongées sur leur santé psychique et physique.
  2. ensuite l'incidence des violences comme générateur de vulnérabilité, de précarité et d'exclusion, en raison de l'impact des violences sur la scolarité ainsi que sur la vie sociale et professionnelle.
  3. enfin la tendance des violences à produire un véritable cycle de la violence en faisant sans cesse émerger de nouveaux agresseurs, qui sont d'anciennes victimes de violences, par l’intermédiaire de certaines conséquences psychotraumatiques (la mémoire traumatique et les conduites dissociantes)

De plus, les violences qui ont les conséquences les plus graves sont celles qui sont le moins identifiées et le moins dépistées. Ce sont les violences commises par des proches comme les violences familiales (maltraitance, violences sexuelles incestueuses, violences conjugales), les violences institutionnelles, les violences au travail. Les violences s’exercent principalement sur des personnes en situation d’inégalité défavorable, de discrimination et/ou de vulnérabilité (violences sexistes, racistes, sur des personnes handicapées, âgées, malades, sans chez soi, sans-papiers, etc…).

Au cours des études médicales générales et de spécialité, aucune formation n'est actuellement dispensée sur les conséquences psychotraumatiques des violences et leur prise en charge thérapeutique, laquelle est indispensable non seulement pour soigner les victimes, mieux les accompagner et les orienter, et améliorer leur qualité de vie, mais aussi pour mettre un frein à la perpétuation de ce cycle de la violence. Il est donc indispensable d'informer et de former les médecins et les autres professionnels de santé. Par ailleurs, l'information dispensée aux victimes et au public reste également parcellaire et insuffisante et elle doit être améliorée pour mieux protéger les victimes et mieux lutter contre les violences. Pour les victimes, la compréhension des mécanismes neuro-biologiques et psychologiques des conséquences des violences est essentielle pour qu'elles puissent comprendre l’origine de leur souffrance et de leur symptômes, pour qu'elles puissent être soulagées, déculpabilisées et pour qu'elles puissent retrouver dignité et espoir.

Il paraît également nécessaire que tous les professionnels prenant en charge des victimes, professionnels de santé, travailleurs sociaux, et aussi intervenants liés à la Justice et à la Police, reçoivent des informations qui, dans le but de mieux comprendre les victimes, explicitent et éclairent les mécanismes auxquels sont liés en partie précarité, désinsertion sociale, vulnérabilité et risque de délinquance. Enfin, il paraît utile de fournir des outils théoriques et scientifiques aux nombreuses associations qui prennent en charge les victimes de violences spécifiques.

Le but de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie est donc de promouvoir une information des professionnels de santé, des associations prenant en charge les victimes de violence, des travailleurs sociaux et également une information du public, ainsi que d’améliorer et promouvoir la prise en charge des victimes de violences.

Les moyens d’action de l’association sont les suivants :

  • l’information des professionnels, des victimes et du public de fait par le biais de campagnes, de réunions, d’interventions et de colloques organisés avec les personnes concernées, par l'édition de documents et par la mise en ligne de ce site internet et d'un blog.
  • parallèlement l'association se donne une mission de prévention des violences, d’analyse des facteurs à l’origine des violences, une mission de participation aux recherches sur les mécanismes et les conséquences des violences, et une mission de formation. Elle organise dans ce cadre des colloques, des campagnes d’information, et aussi des réunions d'analyse de pratiques professionnelles.
  • des partenariats privilégiés peuvent être mis en place avec les associations poursuivant des buts complémentaires, et des manifestations peuvent être organisées, éventuellement en partenariat avec ces associations.

Tous les professionnels prenant en charge des victimes, les travailleurs sociaux, et aussi des intervenants liés à la Justice et à la Police peuvent demander à être adhérents, leur candidature étant approuvée ou non par le bureau. D’autres membres peuvent être cooptés du fait de leur intérêt pour le sujet.

Par définition tous les membres de l'association reconnaissent l'importance de la lutte contre TOUTES les violences et TOUTES les discriminations, ainsi que l'importance de la prévention et de la prise en charge des conséquences des violences, conformément aux buts que se fixe l'association.

godaddy hit counter